tenir l’écriture comme un atelier permanent

 voyage

 

à faire son marché

aux consignes géométriques de la page

le secret organique

l’arithmétique de la résolution

écrire passe par

la question du texte

où s’inversent les extrêmes : chaud froid, haut bas

et surgit la question de la transcription

de la traduction, de la compréhension, du partage

la formule chimique de la solution écrite

s’invente en écrivant

dans l’instant d’une vaporisation conflictuelle

où chaque mot goutte sur la page

dans l’atelier

l’apparition du texte

il est question parmi

les multitudes  de possibles

d’une interprétation d’un choix

de la création

d’un raccourci vers quelque chose

de socialement

admissible, audible, compréhensible ?

Dans l’atelier l’animateur doit posséder

une lecture polymorphe

face au texte protéiforme

tout texte écrit en atelier

est une création

animer de son pouvoir

d’éclater dans tous les sens

son expérience de créateur

systématiser l’ébauche

dans la bouche de chacun

l’animateur-lecteur

au regard d’un décodage

au-delà du texte

comme si d’une langue inconnue

il donnait naissance à

la version accessible

d’une lecture-action

sensation du plaisir corporel

sentimental onirique obsessionnel

inséparable de l’atelier

comment (se fabrique la poésie ?)

de l’idée ou du texte

de l’artifice ou de sa lecture

d’un état complexe intérieur

à la disposition d’une singularité

sans précaution laisser faire

d’une vocation le volcan

est-ce la distance littéraire d’un savoir

l’explosion où le sens passe

sous le pavé clos de nos histoires

regards, ressentis

expérience à dépasser

dans la brume

la poésie est « comme une fortune »

dans l’écriture de sa langue

devenue chaude et lumineuse

source inventive d’une courbe

réalisation concrète d’une organisation

inhabituelle de mots

au début

une chose neuve inattendue

origine d’un mode «  graine »

dont je ne sais pas le principe

mais, elle commence à se manifester

début d’un monde

du rassemblement les nouvelles abscisses

s’ordonnent les mouvements

dans l’espace de nos pensées

le début de l’atelier

la poésie mesure nos déplacements

nos potentiels de dépouillements

de percussions du monde

à mesurer notre ressource en création

l’animateur met en partage

dans l’écriture

son point de vue

sur la création

il pose un savoir faire

une fabrication délibérée

au-delà d’une prédisposition

d’un écho social, d’une identification littéraire

au-delà de toutes gratifications

il fabrique dans l’atelier un rapport au texte

la construction d’une gymnastique du langage

où la poésie est ce que nome la poésie

d’un regard son expérience

où l’écriture devient la norme

perpendiculaire aux effets premiers

des ricochets du langage

où la poésie va se faire par

la force d’une découverte multiple

des multitudes de sa langue

des géométries des géographies

des organisations internes

d’une écriture première

que chaque relecture indispose

d’un texte à lire et relire

en utilisant toutes les entrées

les modalités de bouleversements

les volontés d’un regard diversifié

aux potentiels des variations

des lectures contradictoires

aiguise le texte

les contraintes de l’atelier

sont les balises de guidage

l’instinct devient l’outil

l’explorateur d’un accès à l’abondance

des textes qu’un seul texte

porte en lui

l’écriture fait corps à corps

avant de s’évaporer dans l’oreille

l’atelier est du mot

début et fin en soi

oralité de l’écriture

l’écriture à effet  « boule de neige »

d’un agglutination de vocabulaire

où un seul mot

porter les ricochets d’une explosion

particules brisées

d’un magnétisme  sous-jacent

se ré-arragent encore et encore

sous ma langue salivaire

de l’effet d’implosion

où un texte en son centre

revient marée puis repart différent

de toutes ses lettres

l’alchimie d’une attaque

oxydation de la répulsion

électrolyse par l’attraction des mêmes

l’équilibre temporaire

se stabilise dans la réorganisation

permanente d’une lecture improvisée

des agitations de ses structures

de la phrase au mot

changements de place constant

effet lunaire

effet polaire

effet moléculaire

écrire c’est agiter les pensées multiples

celles évanescentes qui courent

sous la peau du présent

l’animateur donne dans l’atelier

la mesure de son  rapport à sa langue

l’atelier est le reflet de sa philosophie poétique…

son atelier  d’écrivain

formulaire de contact  faite un pas vers la rencontre faite un clic vers l’écriture

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s